Bibliothèque Diderot de Lyon

Séminaire inter-laboratoires. Séance exceptionnelle du 22 mars : Regards croisés sur Panaït Istrati

Séminaire inter-laboratoires 2018/2019 : L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok

| Séance exceptionnelle |
Regards croisés sur Panaït Istrati
Vendredi 22 mars de 14h à 17h
Bibliothèque Diderot de Lyon
Salle de séminaires

La Bibliothèque Diderot de Lyon est heureuse de participer au programme des manifestations de la Saison France-Roumanie. Dans ce cadre, elle accueille une séance exceptionnelle du séminaire inter-laboratoires « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok », consacrée à l’écrivain franco-roumain Panaït Istrati. Elle en a confié l’organisation  à Christian Delrue, président de l’Association des amis de Panaït Israti, qui donnera la parole à deux intervenants Aurélien Demars et Mariana Perișanu.

22 mars
Regards croisés sur Panaït Istrati
Séance organisée par Christian Delrue (Association des amis de Panaït Istrati)
Aurélien Demars (Université Savoie Mont Blanc)
Mariana Perișanu (chercheuse en littérature comparée)

• Aurélien Demars (Université Savoie Mont Blanc)
Docteur en philosophie, vacataire de l’Université Savoie Mont Blanc, les recherches d’Aurélien Demars se concentrent sur les pensées existentielles, sur la circulation des idées et des images entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, spécialement la Roumanie, ainsi que sur la philosophie et la littérature du mal. Auteur de nombreuses études sur Cioran et Fondane, il est le co-éditeur de Cioran, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2011 et le co-directeur de Cioran, Archives paradoxales, nouvelles approches critiques, Paris, Classique Garnier, 2015-2018, t. 1-4.

Déracinement et pérégrination : le départ vers l’ailleurs selon Istrati

Entre fuite de l’ici et aspiration à là-bas, qu’est-ce qui déclenche le départ vers l’ailleurs ? Comment un instant jette-t-il sur la route en vue de ce qui n’est encore nulle part ? Serait-ce à dire que l’espace autre de l’utopie de l’ailleurs se décide dans le temps réaliste et critique qui conduit au départ ? L’œuvre autant que la vie de Panaït Istrati réinterrogent la radicalité du départ, dont on ne sait trop si le déracinement en serait la cause ou la conséquence. Afin de mettre en lumière chez Istrati la signification existentielle de cette route sans retour pour l’ailleurs, nous nous emploierons à restituer le sens d’un tel départ à l’aventure, en particulier dans le récit Mes départs d’Istrati, mais en nous appuyant aussi sur le témoignage de Nikos Kazantzaki – tous deux compagnons de route et écrivains de l’aventure. Nous tenterons ainsi de cerner cette méditation philosophique du vagabondage à laquelle nous reconduit Istrati.

• Mariana Perișanu (chercheuse en littérature comparée)
Docteur en littérature comparée, professeur universitaire de français à Bucarest, Mariana Perișanu a enseigné les littératures francophones en tant que professeur invité à l’Université d’Artois (Arras) entre 2002 et 2010. En 2009 elle a reçu la médaille Profesor Bologna de l’Alliance Nationale des Organisations des Etudiants Roumains (ANOSR). Promue en 2005 Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques, elle est présidente de la section roumaine de l’Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques (AMOPA) depuis 2014 et Officier des Palmes Académiques depuis 2017. Mariana Perișanu a traduit en roumain Le Livre des hontes de Jean-Pierre Martin et Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire. Elle est vice-présidente de l’Association des Amis de Panaït Istrati. En 2012 elle a collaboré à l’ouvrage collectif Passages et ancrages en France Dictionnaire des écrivains migrants de langue française (1981-2011) publié par Honoré Champion. Dernier ouvrage paru : Francophonie littéraire roumaine Mini-glossaire et convergences, Editura ASE, Bucarest, 2011.

Panaït Istrati le journaliste prolétaire et ses témoignages sur les massacres des mineurs à Lupeni

Les huit articles publiés dans Lupta (Le Combat) du 24 septembre au 2 octobre 1929 traduisent l’indignation de l’écrivain face aux massacres des mineurs à Lupeni le 6 août 1929, et son investigation sur place au vu des circonstances concrètes de cette tragique répression. Ils sont un cri d’alarme et un avertissement au régime Iuliu Maniu qui cache les complicités et prolonge illégalement l’état de siège dans la Vallée du Jiu. « J’ai vu et j’ai tâté des faits douloureusement tristes et je tiens à les dire sans détours dans l’espoir d’apaiser tant soit peu les souffrances des plus démunis dont je tire mon origine ».

| Site officiel de la saison France Roumanie 2019 https://saisonfranceroumanie.com/
Contact

Bibliothèque Diderot de Lyon
5, parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon cedex 07 FRANCE

Site Descartes (LSHS)
Tél. : +33 (0) 4 37 37 65 00

Site Monod (Sciences)
Tél. : +33 (0) 4 72 72 81 84

Nous contacter

Outils