Bibliothèque Diderot de Lyon

Trésors de la bibliothèque

Livre numérisé du mois d'avril 2021 (A la une)

À la découverte des Trésors de la bibliothèque

Depuis plusieurs années, grâce notamment aux financements octroyés par l’ABES, la bibliothèque catalogue les collections anciennes en éducation, dont elle a hérité, qu’elle enrichit et pour lesquelles elle a obtenu le label national CollEx Education (collections d’excellence en éducation). Elle les catalogue dans deux outils nationaux, le Sudoc et Calames (catalogue des manuscrits et archives de l’enseignement supérieur) afin qu’elles soient visibles pour le plus grand nombre.

Chaque mois, tant que durera le signalement, un livre de ces collections sera mis en valeur par une numérisation (à l’exception bien sûr des livres déjà numérisés par d’autres bibliothèques).

Ces ouvrages numérisés de la bibliothèque rejoindront notre collection numérique.
 
Cinquante et unième trésor (avril 2021) :
 

Gabriel Laurent, né à Saint-Dizier le 25 janvier 1746, arrivé à Paris vers 1763, y devient maître ès arts puis se passionne pour l’art de la plume et est reçu dans la communauté des maîtres écrivains jurés le 14 octobre 1771. Peu après il y fait imprimer un petit livre de Lettres sur l’art d’écrire, à l’imitation d’un titre semblable publié en 1760 par son confrère Louis Vallain. Contrairement à la majorité de livres d’écriture alors formés de brillantes planches de calligraphie gravées d’après des maîtres célèbres, c’est une dissertation théorique et pratique illustrée de deux modestes planches de modèles, mais on y trouve des précisions techniques inhabituelles. Laurent présente les trois types fondamentaux de l’écriture française : la ronde (d’origine gothique), base traditionnelle de l’apprentissage formel et technique, la bâtarde (dérivée de l’italique), qu’il considère comme la plus utile, et la coulée (cursive mêlant les formes des deux autres), la plus habituelle mais dont il critique la difficulté de lecture. L’ouvrage a peut-être eu un modeste succès, puisqu’une édition « considérablement augmentée » (de 68 à 82 pages) paraît trois ans plus tard, mais les exemplaires des deux éditions sont aujourd’hui très rares.
On perd la trace de Laurent à la Révolution (1793), ce qui est peut-être un indice de sa position politique ; il reparaît à Paris au lendemain de la chute de l’Empire, officiant comme expert en écritures auprès de la préfecture de la Seine. Et dès 1816 il reprend son ouvrage dans une forme destinée spécialement « aux jeunes maîtres des écoles primaires du royaume », en particulier à ceux des campagnes qui peuvent se contenter d’une instruction plus rudimentaire. Pour ces Principes de l’écriture, il raccourcit le texte (43 p.) et le remanie en mettant la bâtarde au premier plan, ronde et coulée étant reléguées à la fin. Les deux nouvelles planches sont fournies par deux graveurs en lettres réputés, Claude-Louis Boblet, dit Beaublé fils, et Pierre Picquet. Mais l’ouvrage appartient déjà au passé : Laurent ne dit pratiquement pas un mot de la nouvelle cursive qui depuis quinze ans s’est progressivement imposée en Europe, l’écriture anglaise, préférant défendre la tradition française dans laquelle il a été formé — ironiquement, la signature de Picquet au pied de la première planche est ici la seule trace de l’anglaise. Il n’est donc pas surprenant que cette édition,  imprimée quelques années seulement avant la mort de l’auteur (survenue en 1822 ou peu après), semble avoir eu un succès plus limité encore : on n’en connaît que deux exemplaires, dont celui de la bibliothèque Diderot est le seul jusqu’ici repéré en France.

Marc Smith, Professeur de paléographie, École nationale des chartes / EPHE - PSL
 

Consulter la version numérisée

 


 

Cinquantième trésor (mars 2021) :


Un classique du XIXe, pour ce mois de mars, sur la mythologie grecque et romaine, ses héros et ses dieux. La première partie est ornée de fines gravures représentant les principaux dieux en pied et dans des scénettes ou œuvres d’art célèbres. Christian Tobias Damm (1699-1778) était un philologue, directeur d’un grand établissement scolaire de Berlin. D’abord écrit en allemand, l’ouvrage fut traduit en latin par Charles Ferdinand Nagel ; l’édition ici reproduite date de 1794.

Consulter la version numérisée








Quarantième neuvième trésor (février 2021) :


Pour ce mois de février, une édition en latin du XVIe siècle des Eléments d’Euclide, grand classique de la géométrie durant toute l’époque moderne. De belles lettrines ponctuent l’ouvrage ; une présentation soignée permet de placer les schémas démonstratifs et illustratifs en regard du texte ; des annotations à l’encre parsèment l’ouvrage et permettent de repérer les livres les plus étudiés. Euclide fut un des auteurs les plus publiés à l’époque classique.

Consulter la version numérisée









Quarantième huitième trésor (janvier 2021) :


Pour ouvrir l’année, un résumé en français par Guillaume Budé lui-même de son difficile traité en latin De asse et partibus ejus paru en 1515 et qui fut un succès. L’epitome propose une version sans les démonstrations philologiques, et met à la portée du lecteur curieux les principaux thèmes de l’ouvrage principal : les monnaies antiques, les budgets, les systèmes de mesure ainsi qu’une réflexion sur le thème du luxe. L’ouvrage est un vrai petit manuel, au sens étymologique ; il a été joliment relié au XIXe siècle.

Consulter la version numérisée









Quarantième septième trésor (décembre 2020) :


De l’officine de Robert Estienne, ce bel ouvrage bilingue en grec et en latin publié en 1540. On remarquera les polices très soignées, la mise en page impeccable, ainsi que la marque à l’olivier avec la branche taillée. Robert Estienne est imprimeur du roi depuis l’année précédente pour le latin et l’hébreu, comme l’indique d’ailleurs le colophon.

Consulter la version numérisée







Quarantième sixième trésor (novembre 2020) :


Ce recueil factice concerne des œuvres de Johannes de Sacro Bosco. Il regroupe 3 oeuvres : Le Traité de la sphère commenté par Elie Vinet -ce traité médiéval d’astronomie, abondamment copié puis édité, fut un véritable manuel d’initiation à l’astronomie, encore utilisé au XVIIe siècle-. La deuxième pièce est un autre commentaire de cette œuvre ; la troisième œuvre est le livre sur le comput, qui calcule la différence entre les calendriers julien et grégorien. L’ensemble est édité à Paris chez Guillaume Cavellat. 

Consulter la version numérisée









Quarantième cinquième trésor (octobre 2020) :


Pour ce mois d’octobre, une utopie communautaire, proposée en 1777 par Joseph-Alexandre-Victor D’Hupay, concepteur également de plusieurs projets pédagogiques. En s’appuyant sur des remarques écrites par différents auteurs, en analysant des utopies mises en place dans le monde, D’Hupay propose les conditions pour monter une communauté heureuse, libre, sans souci. Repas, constructions, divertissements, éducation libre, tout est censé concourir à l’épanouissement de ses habitants. La BDL possède l’édition originale, relativement rare. 

Consulter la version numérisée









Quarantième quatrième trésor (septembre 2020) :


Pour septembre, un magnifique cahier d’éloges manuscrit du professeur Auguste Lemoyne, professeur itinérant de sténographie. Pour plus de précisions, un article sur le blog Interfaces de la bibliothèque : https://bibulyon.hypotheses.org/4049

Consulter la version numérisée









Quarantième troisième trésor (été 2020) :


 

Pour la période estivale, un très beau manuscrit d’arithmétique, magnifiquement calligraphié et quasi enluminé ; il a été réalisé en 1776 à Auriol par un certain Louis Gouiran, élève du frère Jean-Baptiste Féraud.

Consulter la version numérisée














Quarante deuxième trésor (mars 2020) :

 

Pour mars, une compilation de géographie à l’usage de la jeunesse, dont la lecture doit s’accompagner d’un globe terrestre. Plus complet qu’un abrégé avec ses listes de noms et moins ennuyeux qu’un traité en plusieurs volumes, c’est ainsi que l’auteur a conçu son ouvrage… Cette Méthode est accompagnée de nombreuses cartes dépliantes et consiste surtout en géographie descriptive (moeurs, histoire des pays, poids et mesures, gouvernement…).

Consulter la version numérisée












Quarante et unième trésor (février 2020) :

 

Un cahier d’élève du XIXème contenant des exercices de version et de thème latins et grecs pour ce mois de février.

Consulter la version numérisée












Quarantième trésor (janvier 2020) :

 

Sous une forme théâtrale et autour du thème des quatre saisons, une méthode ludique et charmante pour apprendre en famille : les quatre éléments, la botanique, la fabrication de la laine, la confection du miel par les abeilles, mais aussi des leçons de morale et de savoir-vivre, les migrations des oiseaux, la fusion des métaux… Seule condition, il faut qu’il y ait au moins quatre enfants, un par saison !

Consulter la version numérisée










Trente-neuvième trésor (décembre 2019) :

 

Un bel Atlas en abrégé composé et imprimé en 1692 à Anvers chez l’auteur. Jaques Peeters le vante comme étant bien à jour, portatif et surtout pratique en ces temps de guerre où l’on ne peut pas voyager d’un pays à l’autre ! Il évoque également la jeunesse qui, manquant souvent d’argent pour voyager réellement, pourra se contenter des cartes… Celles-ci sont d’ailleurs nombreuses (39) avec deux planches dépliantes (globes céleste et terrestre), les frontières sont colorées et parmi les curiosités, on remarquera la Californie, présentée comme une île sur la côte ouest des Etats-Unis.

Consulter la version numérisée







Trente-huitième trésor
(novembre 2019) :

Si cette Grammaire des sciences philosophiques ou analyse abrégée de la philosophie moderne publiée en 1749 se trouve dans les collections anciennes de la bibliothèque, c’est parce qu’elle est destinée « à l’amusement et à l’instruction des jeunes gens de l’un et l’autre sexe » comme nous l’apprend l’auteur dans son avertissement. Il s’agit en fait d’un ouvrage classique de philosophie des sciences qui traite d’électricité, d’astronomie, de botanique…

Consulter la version numérisée


Trente-septième trésor (octobre 2019) :

Congestorium artificiose memorie u.p.f. Joannis Romberch de Kyrspe (...) (1R 34705)
Un ars memoriae du dominicain Johann Host von Romberch, publié en 1520. Alliant texte et images, ce type d’ouvrages est censé faciliter la mémorisation de tout un tas d’éléments dans diverses disciplines (droit, histoire, géographie, anatomie, grammaire latine…).

Consulter la version numérisée
 
 

 

 


 

Trente-sixième trésor (été 2019) :

La Marine française : personnel et matériel (3RA 1906)
Un joli petit ouvrage sur la marine française publié en 1887 par le lieutenant-colonel Aristide Dally. Il est formé de 21 images en couleurs dessinées par Paul Léon Jazet : elles détaillent le personnel que l’on peut trouver à bord d’un bateau (canonnier, timonier, médecin etc.) et les différents types de bateaux existant (porte-torpilles, cuirassé, garde-côtes…). Se trouve au dos de chaque image un commentaire des éléments de l’image.

Consulter la version numérisée
 
 
 

 

Trente-cinquième trésor (juin 2019) :

Jacobus Purlillarum comes, De liberorum educatione (1R 180223)
Pour ce mois de juin, une petite œuvre de l’humaniste italien Jacopo di Porcia (1462-1538) « De l’éducation des enfants ». Il s’agit d’une réédition de 1510 (l’ouvrage fut édité pour la première fois en 1492) soigneusement reliée au XIXe siècle. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre le titre pour un moderne, il ne s’agit pas d’un manuel pour élever les enfants mais d’une réflexion sur les différents états de la vie, jusqu’à la mort.

Consulter la version numérisée
 

 





Trente-quatrième trésor
(mai 2019) :

[Recueil factice Écrits sur le Parlement : 1770-1...]  (1R 180500-25)
Réflexions d'un Chartreux, qui croit avoir deviné un des motifs de l'enregistrement du Parlement ;
Lettre au Chartreux, qui croit avoir deviné un des motifs de l'enregistrement du Parlement du 25 septembre 1788 ;
Journal de ce qui s'est passé à Toulouse, à l'occasion de la rentrée du Parlement ;
Arrêt du Parlement de Toulouse, très-intéressant pour l'ordre entier de la noblesse, relativement au droit d'entrée aux Etats.

Recueil factice de 4 fascicules reliés en 1 volume (12, 16, 56, 24 p.).
Très nombreux durant tout l’Ancien Régime et notamment lors des moments d’agitation, les pamphlets, libelles et brochures variés furent souvent réunis en recueils par les bibliothèques - et parfois par les possesseurs de ces fascicules eux-mêmes - afin d’en assurer la conservation. Le recueil factice (ainsi que l’on appelle cette réunion d’œuvres diverses) présenté pour le mois de mai réunit 4 œuvres traitant des droits des parlements et de la réunion des états généraux  prévue en cette fin du XVIIIe siècle.

Consulter la version numérisée
 

 

Trente-troisième trésor (avril 2019) :

[Recueil factice] Le mérite des hommes, poëme ; Le mérite des femmes, poëme ; De l'excellence et de la supériorité de la femmes (3RA 0619-1-3)
Un joli recueil factice illustré autour des mérites respectifs des hommes et des femmes. Il contient notamment le célèbre poème de Gabriel Legouvé (1764-1812) sur les mérites féminins.

Consulter la version numérisée
 

 







Consulter les ouvrages numérisés en 2018
Consulter les ouvrages numérisés en 2017
Consulter les ouvrages numérisés en 2016

 

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Contact

Bibliothèque Diderot de Lyon

Tél. : +33 (0) 4 37 37 65 00

Site Descartes
5, parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon cedex 07 FRANCE

Site Monod
46 allée d’Italie
69007 Lyon

Nous contacter

Outils