Bibliothèque Diderot de Lyon

Illustrations et transferts culturels

Jeudi 3 mai 14h-17h
Bibliothèque Diderot de Lyon
Salle de réunion

Séminaire organisé par Hélène Martinelli (IHRIM / ENS de Lyon) avec la collaboration de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Les « transferts culturels » se définissent comme le transport et la réinterprétation des objets culturels à travers différentes aires géographiques et linguistiques, au-delà de l’étude des influences ou du seul principe de comparaison (Michel Espagne). Or s’intéresser aux dynamiques de traduction, d’adaptation et d’illustration invite à considérer plus précisément le rôle des images dans la réception critique et créative des œuvres de la littérature mondiale, en l’occurrence entre l’Europe occidentale et orientale, en particulier la Russie.

À partir de ce cadre commun de réflexion, les trois interventions proposeront des études de cas, en se concentrant sur les vecteurs et les modalités de ces translations. Il s’agira ainsi de dialoguer autour des objets que sont les livres et albums illustrés, dans la littérature de jeunesse ou destinée aux adultes, mais aussi sur les méthodes mobilisées pour les analyser dans le champ de la littérature comparée et de la pédagogie.

Hélène Martinelli, maitresse de conférences à l’ENS de Lyon
• Alice au pays des images (Carroll, Ernst, Toyen, Topor, Švankmajer)

Fréquemment illustrée ou adaptée, l’Alice de Lewis Carroll (Alice’s Adventures in Wonderland, 1865 ; Through the Looking-Glass, and What Alice Found There, 1871) suit une évolution graphique remarquable en ceci qu’elle conserve un certain nombre de traits reconnaissables y compris dans les reprises qui s’éloignent nettement de la fable d’origine. Vítězslav Nezval (Valerie a týden divů. Černý román, 1935 ; Anička skřítek a Slaměný Hubert. Kniha pro děti, 1936), Roland Topor (La Princesse Angine, 1967 ; De l’autre côté de la page, 1968) et Jan Švankmajer (Žvahlav aneb šatičky slaměného Huberta, 1971 ; Něco z Alenky, 1988) ont tous trois imaginé des relectures en images de ses aventures qui permettent d’observer l’élaboration d’une tradition visuelle à travers le télescopage entre les œuvres. En effet, les adaptations les plus libres côtoient des hommages plus directs, et d’autres imaginaires viennent encore interférer, Nezval puisant dans les romans-collages de Max Ernst (notamment Le Rêve d’une petite fille qui voulut entrer au Carmel, 1930) autant que chez Carroll, tandis que Topor mêle abécédaires et simili-rébus et que Švankmajer adapte aussi bien Carroll que l’œuvre de Nezval illustrée par Toyen.

Dorena Caroli, chercheuse invitée à la BdL (Université de Macerata)
• Le rôle des images dans la littérature de jeunesse : les albums illustrés de Samuel Marchak

Cet exposé aborde l’évolution de la poétique de Samuel Marchak, tout en le situant dans le contexte de la production littéraire pour la jeunesse de la période révolutionnaire, sans négliger la complexité des albums pour enfants qui connurent un grand succès grâce à Marchak lui-même dans la Russie postrévolutionnaire. La première partie décrit les caractéristiques principales de la poétique de Marshak, tandis que la deuxième traite du style des illustrations faites par l’artiste suprématiste Vladimir Lebedev, qui contribua à faire de ces albums de véritables “objets d’art”. En outre dans les poésies des années 1920 le style humoristique de Marchak est bâti sur une relation très dynamique entre le texte et les images, alors que l’essor du canon du réalisme soviétique impose la présence d’iconotextes marqués par des lectures de plus en plus univoques de l’imaginaire verbal et figuratif.

Anastasiia Kozyreva, masterante à l’ENS de Lyon
• Les contes de Perrault illustrés en Russie

Les contes de Charles Perrault ont connu une longue histoire en tant qu’éditions illustrées en France et à l’étranger. Si les deux premiers recueils des Contes de ma mère l’Oye peuvent être considérés en tant qu’iconotextes, les rééditions plus tardives subvertissent les relations texte-image au sein du recueil en modifiant ainsi son sens. Ce bouleversement qui commence en France explique la réception des contes à l’étranger où l’œuvre de Perrault est très vite associée à la littérature de jeunesse. Nous allons voir lors de cet exposé comment les contes de Perrault ont été appropriés en Russie à travers les images qui accompagnaient les recueils.

Contact

Bibliothèque Diderot de Lyon
5, parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon cedex 07 FRANCE

Site Descartes (LSHS)
Tél. : +33 (0) 4 37 37 65 00

Site Monod (Sciences)
Tél. : +33 (0) 4 72 72 81 84

Nous contacter

Outils